Bolivie : De Potosi à Tupiza, le « Far-West » bolivien

Dans cet article j’ai regroupé les deux villes que l’on a visitées après notre séjour à Sucre. Ces deux stops ayant été assez courts je trouvais cela plus pertinent que de faire un article par ville.

Depuis Sucre, il faut compter environ 3h de bus pour se rendre à Potosi.

Sommaire

Où dormir à Potosi ?

Tout d’abord, il faut savoir que les logements à Potosi ne sont vraiment pas donnés. Je ne comprends d’ailleurs pas vraiment pourquoi car la ville est loin d’être exceptionnelle.

Pour l’anecdote, nous avons rencontré pas mal de français à Potosi qui nous ont dit avoir eu très froid la nuit dans leurs hôtels et peiné pour avoir de l’eau chaude.

De notre côté, nous avions pas trop mal choisi notre hôtel car même s’il n’était pas incroyable, il avait le mérite d’avoir de grandes chambres avec chauffage et eau chaude : le grand luxe. Il s’agit de l’hôtel Eucalyptus, qui dispose également d’un rooftop très sympa.

Où manger à Potosi ?

Autant vous prévenir, le restaurant n’est vraiment pas donné. Néanmoins, les pizzas et les burgers sont vraiment très bons. Nous y sommes retournés 2 fois.

On y a été complètement par hasard et c’était une très chouette découverte ! Je vous conseille d’y aller le midi, il y a des formules économiques avec entrée / plat / dessert. Ce sont souvent des plats typiques, très copieux et surtout très bons.

Quelles visites faire (ou pas) à Potosi ?

Alors là, ça se complique. Potosi est surtout connue pour ses mines, dans lesquelles travaillent encore de nombreux boliviens (parfois très jeunes…).

Eviter la viste des mines

Il est possible de faire un « tour » dans les mines, de les visiter et d’enfiler les vêtements d’un mineur pour une journée. Nous n’avons pas fait ce tour, car nous trouvions cela assez glauque. J’ai du mal à voir en quoi ça peut être bénéfique de quelque façon aux mineurs que d’enfiler leurs vêtements en pensant pouvoir « comprendre » ce qu’ils vivent alors qu’on est très loin du compte.

Pour comprendre ce qu’ils vivent, il faudrait bosser dans la mine, 10 heures par jour, à avaler de la poussière et des quantités d’alcool/de feuilles de coca pour pouvoir tenir physiquement. Le tout pour un salaire évidemment dérisoire, en étant entassé dans des dortoirs de 50, loin de leurs familles… Bref, vous l’aurez compris, je n’encourage absolument pas ce tourisme. Pour les personnes qui penseraient qu’une partie de l’argent reviendrait aux mineurs : c’est faux. L’argent revient aux coopératives de mineurs et non pas aux mineurs eux-mêmes. C’est pour ça qu’on vous demandera une « contribution » sous forme de « cadeaux » (alcool, feuilles de coca, etc) à offrir aux mineurs sur place.

Casa de la moneda

Passons à la casa de la moneda, THE attraction de la ville de Potosi. Là aussi on a déchanté assez rapidement car pour la visiter on était obligé de passer par un tour. Je ne me rappelle plus du prix exacte mais c’était franchement assez cher et en plus, la visite n’avait lieu qu’à des horaires fixes (on devait donc attendre 2h avant de pouvoir visiter).

Du coup, on s’est contenté de prendre quelques photos de la cour interne…

Le couvent Santa Teresa

Notre plus gros fail. 30 bolivianos/personne et, attention, si vous voulez prendre des photos il faut rajouter 30 bolivanos de plus. C’était la même chose à la Casa de la moneda… C’est la seule ville de Bolivie où en visitant on nous a demandé un supplément pour prendre des photos. Enfin, le must, c’est qu’on a vendu les tickets sans nous prévenir que ce n’était pas une visite libre mais un tour. Résultat, on pensait pouvoir visiter tranquillement et on se tape un tour de 2h en espagnol où on ne comprend franchement pas grand-chose.

La vieille ville

C’est honnêtement le seul intérêt que j’ai trouvé à Potosi. J’ai trouvé le centre-ville vraiment mignon, et certaines petites rues sont pleines de charme. Néanmoins, il est difficile de visiter les différents édifices sans passer par un tour, sans payer cher, ou sans connaître certains horaires hyper changeants.

Se rendre de Potosi à Tupiza

Vous l’aurez compris, Potosi n’a vraiment pas été un coup de cœur. C’est donc le moment pour nous de partir en direction de Tupiza. Pour ce faire, pas d’autres choix que d’aller directement au terminal de Potosi tôt le matin pour acheter des billets.

Il semblerait qu’il n’y ait pas de bus toute la journée qui fasse ce trajet. Je vous conseille donc vivement d’arriver tôt à la gare pour être sûr d’avoir un bus dès le matin. Nous avons pris le bus de 8h15 et nous avons mis environ 5h pour arriver à Tupiza.

Où dormir à Tupiza ?

Il n’y a pas énormément d’hôtel à Tupiza, donc le choix sera vite limité. Nous avons séjourné à l’hôtel Butch Cassidy, nous avons apprécié l’eau chaude de la douche et le petit-déjeuner copieux. En revanche, il faisait vraiment froid la nuit.

En discutant avec d’autres voyageurs j’ai cru comprendre que c’était un peu partout pareil, mais c’est peut-être un critère à checker avant de réserver.

Quelles visites faire à Tupiza ?

Le « far-west Bolivien »

Alors pour être tout à fait honnête, il n’y en pas 50. L’attraction numéro 1 à Tupiza c’est son fameux « far-west » ! Un joli parc national dans lequel on se croirait en plein western… en Bolivie. C’est vraiment une chouette visite à faire, et ça change des paysages que vous auriez pu voir jusque-là.

Je vous conseille vraiment d’y aller. Pour ce faire, il y a plusieurs solutions : à cheval (environ 20€ les 3h), en vélo (presque tout aussi cher), ou la solution la plus économique j’ai nommée : à pied ! C’est ce que nous avons fait et ça se fait très bien. Il faut forcément compter un peu plus de temps mais de notre côté on préférait économiser dans la mesure où on trouvait que le faire à cheval ou à vélo n’apportait pas grand-chose de plus à la visite.

Si vous avez envie de faire du vélo, je vous conseille de demander une carte de la ville dans n’importe quelle agence. En effet, vous verrez qu’il existe également des miradors sympas à rejoindre à vélo.

Réserver un tour pour aller au Salar d’Uyuni

C’est THE bon plan de plus en plus répandu. Plutôt que de prendre un tour depuis Uyuni il est possible de partir de Tupiza pour rejoindre le salar.

Ce qui est chouette, c’est que du coup on part pour 4 jours au lieu de 3, et surtout, on voit des choses qu’on ne verrait pas en partant d’Uyuni. Même si cette pratique commence à se répandre de plus en plus, il y a quand même beaucoup moins de voitures qui partent dans ce sens. C’est donc je pense, beaucoup plus agréable car les premiers jours on est vraiment presque tout seul et ça, c’est plutôt chouette !