Visiter Paracas, sa réserve nationale et les îles Ballestas

Après un mois de folie en Equateur, il est temps de partir pour notre 5ème étape : Le Pérou.

Après un bref passage à Lima, nous partons à la découverte de Paracas.

Nous avons passé trois nuits et deux jours à Paracas. Si besoin, sachez que ce même programme peut se faire sur une seule journée.

Sommaire

Où dormir à Paracas ?

Il y a de nombreux hôtels à Paracas, vous y trouverez facilement votre bonheur. De notre côté, nous avons séjourné à l’Hospedaje Mary qui était très bien. Nous avons payé 50€ les trois nuits pour une chambre double avec salle de bain privée, et petit déjeuner (très simple).

Visiter la réserve nationale de Paracas

Il existe différentes manières de la visiter. Vous pouvez prendre un tour en vous rendant en centre-ville et en négociant avec une agence. Personnellement je trouve ça un peu dommage car les tours se font en bus et donc avec plein d’autres touristes à des stops prédéfinis par l’agence.

La seconde possibilité est de parcourir la réserve à vélo. Pour ce faire, vous trouverez de nombreux loueurs dans le centre-ville. Cette option offre une grande liberté par contre il faut être en forme (et équipé contre les rafales de vent).

De notre côté, nous avons opté pour une visite en quad en prenant un tour d’un peu plus de deux heures. Nous avons payé 50 soles (environ 13€) par personne pour un quad chacun.

Bon à savoir : sachez que quoi qu’il arrive, vous devrez également vous acquitter de la taxe d’entrée à la réserve qui est de 11 soles. Même en prenant un tour cette dernière est très rarement incluse dans le prix.

La visite était top car nous étions seuls avec notre guide et les incroyables étendues désertiques de la réserve à perte de vue !

Personnellement je n’avais jamais vu ce type de paysage, c’était juste grandiose. Le clou du spectacle c’est quand on s’approche de l’océan et qu’on voit le bleu de l’eau se mêler au jaune/doré du désert : sensationnel !

Nous avons fait plusieurs stops dans des spots connus de la réserve pour pouvoir prendre des photos et pour profiter du paysage, comme ici à la célèbre « Playa Roja » (la plage rouge).

Quel que soit la formule que vous choisirez pour visiter cette réserve je suis sûre que vous ne serez pas déçus car elle vaut vraiment le détour.

Faire un tour sur les îles Ballestas

C’est THE activité phare de Paracas avec la réserve. D’ailleurs les îles appartiennent elles-mêmes à la réserve.

Les îles Ballestas sont surnommées les « Galapagos du pauvre » – car on y trouve le même type d’espèces animales : lions de mer, boobies, pingouins – bien que ces espèces soient en réalité bien différentes.

En vous rendant dans le centre-ville vous pourrez réserver ce tour depuis n’importe quelle agence. Il y a deux départs par jour, à 8h ou à 10h du matin. Concernant le prix, le tour coûte 35 soles (ne payez surtout pas plus) et dure entre 2h et 2h30.

Bon à savoir : ce que l’on omet de vous dire, c’est que dans les 35 soles l’accès à la réserve n’est pas inclus. Il vous faudra donc vous acquitter de 11 soles/personne supplémentaire une fois au port.

Il faut compter environ 30 minutes de bateau avant d’atteindre les îles, et une fois que nous y sommes, on confirme : rien à voir avec les Galapagos ! En revanche, on peut observer de nombreux lions de mer, pingouins, et autres oiseaux.

Quant aux oiseaux… il y en a… BEAUCOUP ! D’après les estimations de notre guide environ 100 000 sur les photos ci-dessous : hyper impressionnant (et un peu flippant). Je n’avais jamais vu autant d’oiseaux ! J’ai l’impression de tourner dans le remake de « Les Oiseaux » d’Alfred Hitchcock (et ça fait un peu froid dans le dos).

Notre guide était top et nous a appris plein d’anecdotes sur les différentes espèces, c’était vraiment chouette.

Un conseil cependant, si vous voulez faire ce tour, n’oubliez pas de prendre un k-way, une casquette ou quoi que ce soit qui puisse couvrir votre tête (et vous éviter la fiente d’oiseaux dans les cheveux…).

Après deux chouettes jours à Paracas nous partons pour notre prochaine étape, l’oasis de Huacachina.