Pérou : visiter Arequipa et faire le trek de 3 jours dans le canyon de Colca

Il est l’heure pour nous de quitter Cuzco et sa superbe région pour une autre très belle ville du Pérou : Arequipa.

Après 10h de bus de nuit, nous arrivons à Arequipa vers 7h du matin. Nous n’y restons que deux jours car nous souhaitons faire un trek de 3 jours dans le canyon de Colca. Au programme donc, un peu de ville mais surtout beaucoup de nature.

Sommaire

Où dormir à Arequipa ?

Nous avons passé au total 3 nuits à Arequipa. Les deux premières nuits à la Casa de Sillar où nous avons payé 31€ pour une chambre double, spacieuse et confortable avec salle de bain privée et petit-déjeuner. De plus, le cadre de l’hôtel est vraiment super agréable.

Nous sommes revenus une nuit sur Arequipa après notre trek dans le canyon et nous avons séjourné au Home Sweet Home (juste à côté de notre premier hôtel). Comme nous savions que nous allions rentrer tard et que c’était juste pour dormir nous avons pris cet hostel à 11€ la nuit. C’était franchement une agréable surprise ! En effet nous avons eu une grande chambre double, avec salle de bain (et eau chaude), et un très bon petit-déjeuner pour le prix.

Se balader dans la ville jusqu’au mirador

Arequipa est aussi appelée la « ville blanche » et vous n’aurez pas de mal à comprendre pourquoi. C’est vrai qu’il s’agit d’une très jolie ville où il est agréable de se perdre dans les petites rues !

Il faut évidemment visiter le centre-ville et la plaza mayor – très jolie de jour comme de nuit. Je vous conseille également de monter à pied jusqu’au mirador de Yanahuara pour apprécier une jolie vue sur la ville.

N’hésitez pas à goûter au « queso helado » une spécialité locale – pas de panique, ce n’est pas une glace au fromage comme son nom l’indique. C’est une glace au lait avec un peu de cannelle et c’est très rafraîchissant.

Visiter le monastère de Santa Catalina

De loin ma visite coup de cœur à Arequipa ! Il s’agit d’un immense monastère classé au patrimoine mondial de l’UNESCO et situé en plein milieu de la ville. La visite coûte 40 soles/personnes mais à mon sens, cela les vaut largement. Il est possible de prendre un guide en supplément si cela vous intéresse.

Ce que j’ai adoré dans cette visite c’est l’architecture globale du monastère, son calme et ses couleurs vives. Par moment j’avais carrément l’impression d’être au Maroc !

C’est un endroit superbe dans lequel vous pouvez flâner, admirer, prendre des photos ou vous prélasser au soleil sur un banc. Il y a également un café à l’intérieur où les limonades sont très bonnes.

Faire un trek de 3 jours dans le canyon de Colca

Arequipa est également connue comme le point de départ pour se rendre au célèbre canyon de Colca.

Pour s’y rendre, vous pouvez passer par une agence. Cependant, quand je vois les prix qu’elles pratiquent, VS la facilité pour le faire seul(e), je vous conseille fortement de le faire par vos propres moyens.

Il y a plusieurs façons de faire le trek. Vous pouvez le faire en 1, 2, 3, 4 jours ou plus. Il est également possible de le démarrer par différents endroits. Pour ma part, je pense qu’il faut passer au minimum 2 jours (même si je pense que 3/4 jours est l’idéal) dans le canyon. Sinon, vous risquez de ne pas voir grand-chose et surtout de devoir le faire en speedant.

De notre côté, nous avons opté pour l’itinéraire suivant :

Première étape : Arequipa – Cabanaconde

Tout d’abord, pour effectuer ce trek, il est préférable de laisser vos sacs dans une auberge à Arequipa. En effet, il est inutile de s’encombrer et de trop se charger, mieux vaut privilégier un petit sac à dos avec l’essentiel.

Pour cette première étape, on se rend au terminal terrestre d’Arequipa vers 10h et on réserve une place via la compagnie Reyna dans le bus qui part à 11h pour Cabanaconde. Le bus coûte 17 soles/personne.

Bon à savoir : n’hésitez pas à venir au moins une heure avant le départ du bus pour être sûr d’avoir des places.

On demande des places du côté droit du bus pour avoir la vue sur le canyon pendant le trajet. En parlant du trajet, honnêtement c’était LONG ! Il faut compter 4h pour relier Chivay, et plus ou moins 6h pour arriver à Cabanaconde.

On arrive (enfin) à Cabanaconde sur les coups de 17h et on file directement à notre hôtel pour la nuit : l’Arum Qurpawasi. Pour 16€ la nuit, nous avons une grande chambre double, avec salle de bain privée avec eau chaude, un bon wi-fi et un petit-déjeuner copieux.

Deuxième étape : Cabanaconde – Llahuar Lodge

  • Chiffres :
    • 13 KM
    • Dénivelé total : 1145m
    • Dénivelé positif : 496m

PS : ce sont des chiffres approximatifs. En effet, que ce soit mon GPS, les infos sur internet ou les dépliants que l’on nous a donné, aucun chiffre n’était les mêmes.

C’est là que commencent les choses sérieuses ! Nous partons pour notre premier jour de trek aux alentours de 10h, c’est déjà un peu tard car le soleil tape fort. Si vous en avez la possibilité, je vous conseille de partir plus tôt.

On démarre à peine que l’on rencontre Loïc et Sarah, un couple de Belges adorables avec qui on décide de faire la route.

Bon à savoir : il y a un droit d’entrée à payer pour visiter le canyon. Ce dernier s’élève à 70 soles/personne et est valable 1 semaine. Nous l’avons payé directement à une personne qui contrôlait les tickets tout de suite après Cabanaconde, sur le chemin vers Llahuar.

Pour cette étape, c’est surtout de la descente. Beaucoup, beaucoup de descente. Ce n’est pas spécialement difficile physiquement, mais ça glisse énormément. On est donc obligé de forcer sur les cuisses et les mollets, et au bout de 4h ça commence à piquer un peu !

Néanmoins, le paysage est superbe, et on passe un très bon moment avec nos nouveaux amis.

Les deux derniers kilomètres remontent (enfin) et on atteint finalement notre hôtel pour la nuit : Llahuar lodge. Cet hôtel est connu pour ses sources d’eaux chaudes très agréables après une bonne journée de trek. On y passera d’ailleurs un bon moment à se détendre.

Au niveau des logements on est sur des petites cabanes toutes mignonnes (sans électricité) dans lesquelles on a étonnamment bien dormi.

Nous avons payé 18€ la nuit pour la petite cabane, l’accès aux sources chaudes ainsi que le petit déjeuner. On ajoute à cela 18 soles/personnes pour le dîner (sans soupe).

Troisième étape : Llahuar Lodge – Oasis de Sangalle

  • Chiffres :
    • 15KM
    • Dénivelé total : 1400m
    • Dénivelé positif 700m

Histoire d’éviter le cagnard dès le départ, nous partons dès 8h30 pour cette nouvelle étape. Ce qui s’avère être une bonne idée dans la mesure où les deux premières heures ne sont que de la montée ! J’avoue que ce n’est pas évident au réveil et juste après le petit-déj mais on a au moins la chance de monter à l’ombre.

Sur la route on se tape un petit coup de flippe parce qu’une abeille noire avec un dard énorme ne me lâche pas. Je suis un peu à bout et n’arrive pas à m’en défaire (elle est flippante). Bref, je suis ravie !

Une fois la frayeur passée, on rejoint la route qui continue de monter mais de façon bien plus soft jusqu’au point le plus haut : le mirador d’Apacheta.

On y fait une petite pause pour admirer la vue, reprendre des forces avec un petit snack et surtout, boire beaucoup d’eau !

On reprend vite la route jusqu’au moment fatidique où pour atteindre l’oasis, on réalise qu’il faut redescendre tout ce que l’on a monté jusque-là. Sur le moment, ça semble plutôt simple ! En vérité c’est assez compliqué car la descente est super raide et glissante. Finalement ça s’avère dix fois plus long de descendre que de monter. Cela me semble également dix fois plus fatiguant. Je sens que je force vraiment sur les jambes, et malgré un paysage juste magnifique, je n’ai qu’une hâte : arriver au bout.

C’est sans compter sur le fait que les derniers mètres remontent bien comme il faut ! J’ai les jambes qui flageolent mais on ne lâche rien jusqu’au bout.

On arrive sur les coups de 12h30. Il nous aura fallu 4h pour boucler cette étape qui fut sur la fin un beau challenge. Néanmoins, une fois arrivé à notre hôtel l’épreuve est vite oubliée lorsque j’aperçois la superbe piscine !

Nous avons dormi à l’Oasis Paraiso Ecolodge qui a vraiment été une belle surprise. Pour 19€ la nuit, nous avons eu un lodge spacieux avec salle de bain privée et eau chaude (incroyable). Le petit-déjeuner est également compris dans le tarif, et l’hôtel dispose d’un bon Wi-Fi (pour l’endroit).

On y passe également une agréable soirée autour d’un bon dîner accompagné d’une bonne bière.

Dernière étape : Oasis de Sangalle – Cabanaconde

  • Chiffres :
    • 5,8KM
    • Dénivelé positif : 1100m

L’étape la plus redoutée ! Pourquoi ? Il n’y a qu’à regarder les chiffres !! 1100 mètres de dénivelé positif, ça fait quand même un peu flipper. D’autant plus que la veille, en descendant vers l’oasis on pouvait apercevoir le chemin de la remontée qui nous attendait le lendemain… Bah je peux vous dire que ce n’était pas rassurant !

On se lève hyper tôt pour prendre le petit-déjeuner à 5h et commencer à monter à 6h. On veut vraiment éviter le soleil, et de plus, on a un bus retour pour Arequipa à 11h à Cabanaconde. Sachant qu’on nous avait dit de prévoir 4h pour cette étape.

Bon à savoir : n’oubliez pas d’emporter une lampe frontale si vous comptez entreprendre la montée avant 6h du matin.

Une fois le ventre plein, on se lance, non sans stresse pour ma part mais quand il faut y aller… faut y aller !

Après 30 minutes de montée, on se rend compte qu’on a déjà fait le quart du chemin. Je suis hyper surprise car je me sens étonnamment bien. On monte à un très bon rythme et je me sens hyper à l’aise.

On fait un petit stop snack/bouteille d’eau à la moitié et on repart de plus belle. La deuxième partie me semble plus difficile car il y a beaucoup d’escaliers en pierres, et que les marches sont inégales et parfois beaucoup trop grandes pour moi #grandécart.

Je fatigue un peu plus mais on ne lâche rien et on continue ! On voit plusieurs personnes monter à cheval. J’ai honnêtement de la peine pour ces pauvres animaux qui se tapent une montée super raide et glissante avec en plus des touristes sur le dos (et leurs sacs).

Aux 3/4 de l’étape, je commence à sentir la fatigue mais chaque virage de plus me rapproche du bout. Je passe en mode « warrior » et j’accélère parce que j’ai vraiment envie de boucler cette étape et ce trek. Je ne sais pas si c’est l’adrénaline ou l’excitation de terminer mais je redouble d’efforts. Résultat : on boucle cette étape en moins de 2h30 ! Je suis franchement trop trop fière de nous. Nuls doutes que les randonnées et treks précédents ont améliorés notre condition physique. J’ai l’impression d’avoir accompli quelque chose de super et c’est hyper valorisant.

En plus, à notre arrivée à Cabanaconde, il y a une petite fête locale avec fanfare et costumes traditionnels : que demander de plus !

Il ne nous reste plus qu’à attendre 11h pour prendre note bus retour à Arequipa. Une fois dans le bus c’est la grosse sieste pour se remettre de nos efforts. On repart super contents de nous et on a déjà hâte du prochain.