Pérou incontournable : Survoler les lignes de Nazca

Lorsque l’on pense au Pérou on pense surtout Machu Picchu et lignes de Nazca. C’était donc évident pour nous d’y faire un stop afin de survoler les fameux glyphes !

Sommaire

Où dormir à Nazca ?

En dehors de la visite des lignes, la ville de Nazca et ses alentours ne présentent pas grand intérêt. Néanmoins, si vous souhaitez y passer une ou deux nuits, je vous conseille le Nasca Travel One Hostel. Nous avons payé 41€ pour 3 nuits, dans une grande chambre avec salle de bain privée, et petit-déjeuner (très bon par ailleurs). Il faut compter 10 minutes à pied pour se rendre au centre-ville.

Survoler les lignes de Nazca

Puisque survoler les lignes est l’activité phare de la ville, vous verrez que toutes les agences proposent des vols. Les prix peuvent varier légèrement selon les compagnies, n’hésitez pas à en visiter plusieurs afin de pouvoir comparer.

Sachez néanmoins que les deux agences les plus connues – et les plus sûres – pour opérer ces tours sont Aeroparacas et Aeronasca.

Nous avons choisi de passer par la compagnie Aeroparacas simplement parce que l’on pouvait réserver facilement le jour et le créneau horaire que l’on souhaitait par internet. J’ai ouïe dire que l’on aurait payé un peu moins cher en passant directement par l’agence, mais je ne suis pas sûre de cette info.

Il faut compter 70€/personne pour un survol de 30 minutes au-dessus des lignes de Nazca. À cela, s’ajoute les 12$ de taxe d’aéroport à payer sur place (ou en amont si vous passez par le site internet). Le transport aller/retour depuis votre hôtel est bien entendu inclus dans le prix.

Les avions semblent super récents, je suis agréablement surprise. Il n’y a que 8 places à l’intérieur (pilotes inclus) et chaque passager dispose d’une fenêtre panoramique : c’est top !

Après avoir reçu les consignes de sécurité, c’est l’heure de décoller ! Chacun sa petite carte à la main pour suivre le sens de la visite et l’ordre d’apparition des glyphes à observer. C’est plutôt sympa, et ça donne un petit côté « Indiana Jones à la recherche des glyphes de Nasca ».

Nous sommes tous équipés d’un casque pour entendre les explications du guide. Ce qui est top également c’est que quelle que soit votre place dans l’avion (droite ou gauche), le pilote fait en sorte que chacun puisse voir l’intégralité des glyphes (attention, ça penche!).

Et c’est parti, on démarre avec la baleine ! J’avoue avoir eu beaucoup de mal à la voir, car je m’attendais à ce que les glyphes soient immenses… et ce n’est pas le cas !

Les glyphes s’enchaînent et le survol est super chouette ! Je dois avouer que la plupart des glyphes sont moins grands que ce que j’imaginais. Je suis du coup moins impressionnée je l’avoue, que ce à quoi je m’attendais.

La déception quand même, c’est cette autoroute qui coupe un glyphe en deux… Un peu incompréhensible pour un site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Malgré cela on se prend très vite au jeu, et on apprécie le vol et les paysages depuis notre petit coucou.

De retour sur la terre ferme, chacun reçoit un diplôme de survol des lignes, je trouve l’initiative plutôt sympa. On en profite également pour faire tamponner nos passeports avec le joli tampon qui représente les lignes de Nazca.


Nous avons passé un très bon moment et la compagnie a été très pro. Le seul bémol pour ma part, c’est cette autoroute et peut-être l’idée des lignes que je me faisais. Je les imaginais effectivement bien plus grandes et donc j’ai été assez surprise pendant le vol, même si j’ai beaucoup apprécié.

Faire une sortie buggy dans le désert

On entend beaucoup qu’à Nazca il n’y a QUE les lignes à voir. J’avais envie de donner sa chance à cette ville en poussant un peu et en faisant une autre sortie.

Nous avons opté pour une sortie buggy dans le désert avec plusieurs arrêts sur des sites archéologiques. Nous avons payé 50 soles/personnes pour cette sortie de 5h.

Les premiers sites archéologiques présentent en réalité peu d’intérêts – des morceaux d’un ancien aqueduc et un ancien cimetière profané (quelques os répartis dans le sable).

Le troisième arrêt en revanche, vaut le détour. Il s’agit du site de Cahuachi, a priori un ancien centre cérémoniel important de la civilisation Nazca. On regrette néanmoins l’absence d’un « vrai » guide qui puisse nous en apprendre plus.

Une fois le côté « culturel » de la visite terminé, on se dirige vers les dunes pour faire le plein de sensations fortes. J’avoue que j’étais assez perplexe au départ car c’était plus un désert de « poussière » qu’un désert de sable. Après une bonne demi-heure de buggy on atteint effectivement les dunes néanmoins elles sont… immenses (pas très rassurant tout ça).

Il faudra plusieurs reprises à notre chauffeur pour atteindre le haut des dunes mais une fois qu’on y est… C’est le kiff ! On dévale de grandes dunes à pleine vitesse, c’est aussi flippant que stylé, je ne sais pas si je hurle de peur ou d’excitation.

En haut des dunes on fait un arrêt sandboard et on dévale les dunes à plat ventre : on s’éclate comme des gosses !

Le clou du spectacle, c’est quand on repart pour Nazca et que le soleil se couche en nous offrant des nuances de rose juste incroyables. Un régal pour les yeux.


Concernant cette sortie, je vous la recommande si vous n’êtes PAS passé par Huacachina. Sinon cela peut paraître un peu redondant. En revanche si vous avez le temps et l’envie, ça reste une sortie sympa !


Après 3 jours à Nazca, nous prenons le bus de nuit en direction de la célèbre ville de Cuzco.