Quilotoa Loop : tout savoir sur le trek de 3 jours dans les andes

Après une superbe journée à la découverte du volcan Cotopaxi, nous décidons de partir pour réaliser la « Quilotoa loop », le fameux trek de 3 jours qui se termine à la lagune de Quilotoa. Un vrai défi pour nous car il s’agit de notre tout premier trek !

Sommaire

Équipement

Tout d’abord, voici une petite liste des choses à ne pas oublier pour faire confortablement ce trek de 3 jours. Notez que la météo est très changeante (on est assez haut) donc il vaut mieux parer à toutes les éventualités.

Pour réaliser le « Quilotoa Loop » je vous conseille d’emmener :

  • 3 jours de vêtements/sous-vêtements
  • Une bonne paire de chaussures tout-terrain
  • Un polaire
  • Un K-way
  • Une doudoune light
  • Si votre sac à dos n’est pas étanche, une housse de protection pour la pluie
  • Trousse de toilette avec seulement l’essentiel
  • Trousse de secours (au cas où)
  • Des biscuits/gâteaux en tout genre pour vous ravitailler
  • Et enfin, de l’eau bien entendu !

Départ depuis Latacunga

Nous avons passé deux nuits à Latacunga dans l’hostel la Posada où le gérant accepte de garder nos gros backpacks à dos gratuitement ce qui est plutôt cool. Sinon, sachez qu’à peu près tous les hostels acceptent moyennant 1 ou 2$ par jour et par sac.

Pour vous rendre à Sigchos – la première étape du trek de la Quilotoa Loop – rendez-vous au terminal de bus de Latacunga. Comptez environ 2h/2h30 de bus. Je vous conseille de prendre le bus de 8h à Latacunga pour pouvoir commencer le trek en milieu de matinée. Pour info, le trajet coûte un peu plus de 2$/personne.

Etape 1 : Sigchos – Latacunga (11km)

Après un bon petit déjeuner à Sigchos, nous démarrons le trek à 11h pile. Grâce à l’application maps.me nous trouvons tout de suite le début du trek – et c’est donc parti pour la première étape !

Cette première partie du trek est la plus simple. Elle commence par une bonne descente jusqu’à la rivière, et remonte ensuite petit à petit. On voit pas mal de paysage donc c’est vraiment agréable, en revanche on garde un œil sur maps.me car certains des sentiers ne sont pas évidents à trouver.

Après 5/6km, il y a une bonne grosse montée assez abrupte. Et oui… ce que l’on a descendu d’un côté…bah il faut le remonter de l’autre côté hein ! C’est un peu difficile car ça monte bien, et de plus le chemin est assez boueux (il a beaucoup plu la veille) mais on finit par arriver en haut pas peu fier !

Après environ 1 ou 2 km de plus, le village est en vue ! On arrive à Isinlivi à 14h30, nous aurons donc mis 3h30 à boucler cette première étape.

Où dormir à Isinlivi ?

Il y a deux hôtels à Isinlivi. Lula Llama qui est, paraît-il super et Taita Cristobal où nous avons passé la nuit et qui était vraiment top.

Nous avons choisi Taita Cristobal car il était le moins cher. 15$/personne pour la nuit, le dîner et le petit déjeuner.

Les plats sont copieux, les chambres sont kitsch mais confortables. La salle commune est super sympa (jeux de société, wi-fi, thé et café) et vous aurez depuis cette dernière une jolie vue sur la vallée.

Etape 2 – Isinlivi – Chugchilan (12km)

Après avoir englouti notre petit déjeuner, nous partons pour la 2ème étape du trek sur les coups de 9h.

A l’hôtel, il est possible de récupérer une carte qui indique les deux chemins possibles pour arriver à Chugchilan. Il existe donc, un chemin court d’environ 4h30 et un chemin long d’environ 6h.

Sachant que c’est notre premier trek et qu’il y a encore une journée de marche le lendemain nous optons pour le chemin court. Enfin… C’est ce que nous croyons car il n’existe pas sur maps.me donc on part en « freestyle » et… on se perd !

Résultat des courses, on finit par ré-atterrir je ne sais comment sur le chemin long et on s’est probablement rajouté 2km au 12km annoncés.

Je vous conseille donc de ne pas vouloir faire les malins comme nous en coupant avec une carte approximative et à bien suivre les panneaux jusqu’au bout.

Quoi qu’il en soit, le trail est juste magnifique ! On a la chance d’avoir le soleil avec nous jusqu’au 6ème kilomètre et les paysages sont juste incroyables.

La pluie finit malheureusement par se pointer, on enfile les K-way et on continue jusqu’à cette drôle de petite cabane où on se prend une petite pause sandwich.

C’est après cette cabane que se trouve la plus grosse difficulté du trail. On monte d’un seul coup quasiment tout en haut de la montagne dans des chemins où il faut faire de grandes enjambées et où ça glisse beaucoup quand il a plu. Il faut avoir une bonne condition physique pour pouvoir monter car c’est loin d’être un chemin conventionnel et ça monte un peu plus sec à chaque virage.

Une fois en haut, on profite d’un peu plus d’un kilomètre de plat, avant de terminer sur les 2 derniers kilomètres qui montent doucement mais sûrement (et toujours sous la pluie).

On arrive à l’hôtel Cloud Forest à 15h et nous aurons donc mis 6h à boucler cette deuxième étape, en loupant le chemin court et en se rallongeant même le parcours de 2km.

Où dormir à Chugchilan ?

Nous avons séjourné à l’hôtel Cloud Forest et franchement – à part la douche froide – c’était génial. Les prix sont les mêmes qu’à Taita Cristobal, à savoir 15$/personne pour la nuit, le diner et le petit déjeuner (soit 30$ pour deux dans une chambre double). Nous écopons d’une super grande chambre avec un poêle à bois : une véritable aubaine lorsque l’on arrive trempé jusqu’aux os.

Les repas sont très copieux, le wi-fi fonctionne plutôt bien vu où l’on se trouve, et la salle commune est pleine de jeux divers : billards, table de ping-pong, babyfoot… De quoi passer une excellente soirée !

Etape 3 : Chugchilan – Quilotoa

L’étape de la frustration ! On se réveille, on avale le petit déjeuner et en discutant avec les autres randonneurs, on apprend que des orages arrivent et vont s’installer jusqu’au lendemain sur le Quilotoa et qu’il sera donc probablement impossible de voir le cratère.

Grosse hésitation pour nous donc, est-ce que l’on continue à pied au risque d’arriver sous les orages et de louper le cratère (qui est clairement l’objet principal du trek) ou est-ce qu’on squeeze cette troisième étape et qu’on file à Quilotoa en taxi pour être sûr de pouvoir voir le cratère.

Je vous dis pas le bordel que ça a été dans ma tête. Partagée entre l’envie de continuer et de pousser le trek jusqu’au bout, et tiraillée par la peur d’arriver en haut pour ne pas profiter du clou du spectacle.

Après trente minutes d’hésitation et en ayant consulté toutes les applis météo possible, on se résigne à prendre un taxi et à ne pas faire cette troisième étape à pied.

Sur le moment, immense déception pour moi car l’impression d’abandonner quelques mètres avant l’arrivée. D’un autre côté, je pense que ne pas voir le cratère aurait été une encore plus grande frustration.

C’est avec une petite mine donc, que nous partons en taxi vers Quilotoa (et en plus ça nous coûte 20$ de taxi pas prévu…).

En voyant les paysages défilés, honnêtement, je regrette déjà cette solution. Je me dis que l’on aurait dû continuer coûte que coûte et je suis vraiment hyper déçue.

Environ 20 bonnes minutes plus tard, on arrive à Quilotoa et je suis dégoûtée… Du moins jusqu’à ce qu’on s’approche du cratère et que je découvre une lagune… à couper le souffle ! Aurait-on finalement bien fait ?

On a la chance de voir le cratère ensoleillé et c’est juste dingue de voir les nuages défilés au-dessus de la lagune. Le spectacle est magnifique, mais le temps est déjà en train de tourner et le cratère se couvre de plus en plus.

De gros nuages noirs arrivent au loin… je crois qu’on a définitivement bien fait d’opter pour cette solution, bien que très frustrante pour ma part !

Je me console en me disant qu’on aura vu ce pour quoi on est venu et qu’on aura l’occasion de faire d’autres treks par la suite dans notre voyage.

Retour à Latacunga

Comme nous sommes arrivés tôt à Quilotoa, nous repartons tout aussi tôt. Nous avions prévu d’y passer la nuit car nous pensions marcher une bonne partie de la journée mais finalement on rentre un peu plus tôt.

A priori, il y a des bus toutes les deux heures entre Quilotoa et Latacunga. De ce que l’on nous en a dit, de 10h à 16h. Néanmoins, nous sommes arrivés à 11h30 pour prendre le bus de midi qui est parti à 11h45… N’hésitez donc pas à venir plus tôt que prévu.

Pour regagner Latacunga il faut compter 2h et un peu plus de 2$/personne.


Bien que déçue de n’avoir pas fait le trek jusqu’au bout, c’était une expérience juste géniale ! Je ne peux QUE vous recommander ce trek. Les paysages sont magnifiques. Les hostels sont super chouettes ! Ils permettent vraiment de se relaxer et d’en profiter après une bonne journée de marche.

Le cratère, qui est le clou du spectacle est juste incroyable. J’aurais pu rester à le regarder pendant des heures juste pour observer les différentes nuances de bleu et de vert !

Le cratère et la lagune de Quilotoa vus du ciel (vidéo)

En espérant que cet article vous soit utile ! N’hésitez pas à partager votre expérience concernant ce trek en commentaire.