Pérou : Une journée sur le lac Titicaca, les îles Uros et Taquile

Des étoiles plein la tête après notre trek dans le canyon de Colca, nous partons vers notre dernière étape Péruvienne : la ville de Puno, depuis laquelle on peut facilement accéder au lac Titicaca.

Sommaire

Faire une sortie sur le lac Titicaca

Pour visiter le lac Titicaca il n’y a rien de plus simple, toutes les agences de Puno vous proposerons diverses sorties.

Si vous le pouvez, je vous conseille de passer une nuit sur l’île de votre choix afin d’en profiter au mieux. De notre côté, je dois avouer que nous étions hyper fatigués. De ce fait, nous avons opté pour la solution de facilité et pris le tour « classique ». Ce dernier vous permet en une journée de visiter les îles flottantes d’Uros et d’aller également sur l’île de Taquile.

Les îles flottantes d’Uros

Le tour démarre à 7h, on vient nous chercher à notre hôtel pour nous emmener jusqu’au port. Une fois sur place, nous montons dans un bateau qui semble plutôt confortable.

Il faut compter à peine une trentaine de minute pour atteindre les îles flottantes d’Uros. Honnêtement, pour ma part, le charme opère de suite ! Il faut dire que je n’avais jamais vu ça, des îles flottantes construites par l’homme. Et puis entre le bleu du lac, le jaune de la tortora (plante à partir de laquelle sont construites les îles) et les habits traditionnels flashy des locaux, ça fait vraiment une chouette impression.

Les îles flottantes d’Uros sont composées de tout un ensemble d’îles où chacune dispose d’un « président ». J’imagine que chaque tour operator doit avoir ses accointances avec le président d’une île et y emmener ses touristes.

Nous débarquons donc sur une petite île où vivent une quinzaine de personnes. De prime abord c’est plutôt chouette, car on nous explique tout le procédé qui permet la construction des îles ainsi que comment et de quoi vivent les habitants.

Nous passons un bon moment et avons même le droit de visiter les habitations des locaux. Lorsque l’on ressort, ils installent comme un petit marché où sont vendus divers produits fait main par leurs soins. C’est tentant mais c’est franchement hyper cher ! Alors je veux bien qu’ils aient besoin du tourisme (et de nos achats) pour vivre, mais les prix me semblent franchement abusés. On passera donc notre tour pour le marché.

Quelques minutes plus tard, notre guide nous invite à monter dans un bateau « typique » et de rejoindre une autre île pour 10 soles/personne. Il insiste lourdement en disant que c’est « pour le bien des locaux » et que nous sommes « leur seule visite du mois » – ce que je ne crois absolument pas dans la mesure où les tours ont lieux tous les jours.

On passe donc également notre tour pour cette « activité ». D’autant plus que le bateau n’a rien de typique ! En effet, on ne voit pas un seul des locaux se déplacer là-dedans sur le lac. De plus, ils sont hyper difficiles à manœuvrer. Le bateau est blindé, les passagers font du sur-place et mettrons une demi-heure juste pour traverser d’une île à l’autre ! Le tout debout et avec un vent glacé bien comme il faut. Pour notre part, aucun regrets d’avoir passé notre tour.

On rejoint donc une autre île avec le bateau de tourisme, sur laquelle on fait tamponner nos passeports avec un joli tampon des îles. On aurait même le temps de prendre une boisson et un sandwich que les autres ne sont toujours pas arrivés.

Après quelques minutes, c’est l’heure de retourner dans le bateau en direction de l’île de Taquile.

L’île de Taquile

Une fois dans le bateau, on apprend qu’il faut entre 2h et 2h30 pour rejoindre l’île de Taquile. Heureusement que l’on a pris nos écouteurs. Pendant ce temps-là, le soleil se pointe enfin et révèle le magnifique bleu du lac Titicaca.

Une fois l’île de Taquile en vue, deux options s’offrent à nous. La première, le chemin long, environ 1h30 pour rejoindre le restaurant dans lequel nous devons déjeuner. Le problème ? Ce sont de grands escaliers, le point culminant de l’île est à 4050 mètres d’altitude et on a encore le trek du canyon de Colca dans les jambes. La deuxième option c’est de rester dans le bateau, et d’emprunter le chemin court (20 minutes) un peu plus loin. On est claqués et on décide donc de la jouer cool et de prendre le chemin le plus court pour aujourd’hui.

Une fois débarqués il n’y a plus un nuage dans le ciel. C’est hyper agréable car cela donne des couleurs de fou à l’eau et à la végétation. On emprunte donc le chemin court en prenant note temps et en profitant du paysage. Après une ou deux pauses photos, nous voici arrivés au restaurant. On attend le groupe « chemin long » avant de passer à table.

Ce que j’ai apprécié dans ce repas c’est qu’il y avait plusieurs options. En général, dans ce genre de tours, le repas est le même pour tout le monde. Le plat par excellence est la truite grillée, malheureusement ayant été malade plusieurs fois à cause du poisson, je passe mon tour.

Le repas est complet : entrée, plat, dessert (seules les boissons sont en suppléments) et vraiment pas mal. Le petit plus, c’est qu’à la fin du repas, les locaux nous apprennent un peu de leurs coutumes à travers leurs vêtements traditionnels. Nous passons vraiment un bon moment.

L’heure tourne et c’est déjà l’heure de retourner au bateau pour le voyage retour qui durera environ 2h30.

Conseils pour vos futures visites

Aussi sympa que fut cette journée, je ne vous conseille pas ce tour d’une journée. Pourquoi ? Simplement car on n’a pas le temps d’en profiter. On a vu des choses superbes, mais pour ma part, je trouve ça hyper dommage de passer plus de temps dans le bateau que sur les îles, ou avec les locaux.

Le lac Titicaca ainsi que ces îles sont remplis de traditions que les locaux partagent volontiers. C’est pour ça que je vous conseillais, plus haut, et si vous le pouvez, de passer au moins une nuit sur l’une des îles.

Enfin, concernant la ville de Puno, je n’ai pas d’hôtel à vous conseiller car le nôtre était absolument nul. De plus, la ville n’est vraiment pas agréable et les restaurants etc. m’ont semblés chers pour rien. Raison de plus pour vous de passer plus de temps sur les îles, et moins de temps à Puno même !